Débat du 1er juin 2012 : « Prostitution et syndicalisme »

L’idée de créer des syndicats dans l’industrie du sexe est relativement récente, puisqu’il fallait d’abord reconnaître cette activité comme un travail. Considérer que la prostitution est un labeur plutôt qu’une identité fait son chemin… Et aujourd’hui, en Suisse, à Genève, quelle est la situation, la réalité, les besoins des personnes qui se prostituent ? Qui revendique quoi et comment ? Existe-t-il une identité collective des personnes qui se prostituent ? Y a-t-il des actions possibles, des alliances envisageables ?

Un débat animé avec la participation de Thierry Schaffauser, co-fondateur à Paris de Strass, syndicat du travail sexuel, et président de la branche sex work du GMB, important syndicat généraliste en Grande-Bretagne, Angelina, travailleuse du sexe aux Pâquis, Valérie Buchs, Secrétaire syndicale au SIT (Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs, Genève) et Agi Foldhazi, Sociologue, membre du comité Aspasie. Débat modéré par Michel Félix, chargé de communication d’Aspasie.

 

 

Naissance du syndicat genevois le 13 septembre 2012

Une prise de conscience collective dans le travail du sexe naît dans les années 1960-1970. En 1973, en Californie, c’est l’association Coyote qui est la première à défendre les droits des personnes prostituées. En France, c’est à Lyon, en 1975, qu’elles se mobilisent et occupent l’église Saint-Nizier, mouvement dont Grisélidis Réal faisait partie. Depuis lors, la manière de s’organiser et de lutter a évolué, marquée par la pluralité des visions des personnes qui exercent les métiers du sexe, mais aussi par le besoin d’adapter la lutte aux politiques variées mises en place par les Etats.

Aujourd’hui c’est chose faite à Genève, le premier syndicat suisse des travailleuses et travailleurs du sexe (STTS) a vu le jour. Le retentissement médiatique a été à la hauteur de l’évènement…

Le Matin: Les prostituees genevoises créent leur syndicat

Tribune de Genève : Les prostituees de Geneveont desormais un syndicat

LeCourrier : Les travailleuses du sexe céent leur syndicat

Tages Anzeiger : In der Not schlägt sie Türen ein

GHI : Prostituées syndiquées

Le Matin : Les prostituees de Geneve ont desormais leur syndicat

La Cote.ch : Les prostituees de geneve ont desormais leur syndicat

Emission de One FM du 13.09.2012

 

Syndicat des Travailleuses et des Travailleurs du Sexe: STTS

Le marché du sexe est une réalité sociale qui ne peut être supprimée par des lois où des règlements qui renforceraient la clandestinité et la marginalité (créant ainsi des zones de non droits propices à l’exploitation et aux violences) En Suisse, la prostitution est légale et le syndicat est un collectif qui défend les droits humains et la citoyenneté des personnes qui travaillent dans les métiers du sexe. Le STTS affirme sa volonté d’être une organisation syndicale démocratique répondant pleinement aux aspirations des travailleuses(eurs) du sexe (TdS). Le syndicat distingue entre le travail du sexe exercé librement et la prostitution forcée. Le travail du sexe indépendant et choisi librement comprend des droits et devoirs. Il doit pouvoir s’exercer de manière autonome et sans stigmatisation. La prostitution forcée est un crime. Violences et exploitations dans le travail du sexe doivent être dévoilées et combattues. Le marché du sexe recouvrant des réalités multiples, le STTS défend toutes les personnes qui pratiquent cette activité en toute liberté quel que soit l’origine, la situation, le genre et le sexe.

 

Toute l’action du syndicat tend:

  • à promouvoir le statut des TdS au même titre que celui des autres professions 
  • à lutter contre toutes les discriminations et toutes les exclusions en relation avec le travail du sexe et toute prérogative fondées sur l’origine, la nationalité, la situation de vie, la religion, le genre, le sexe, qui sont contraires à la dignité humaine ; 
  • à lutter pour préserver et étendre les droits humains et la citoyenneté des TdS
  • à lutter contre les injustices et violences dont son victimes les TdS
  • à lutter contre l’existence de ghettos géographiques dans lesquels certains voudraient les isoler 
  • le STTS est prêt à collaborer sur pied d’égalité avec d’autres snydicats et organisations démocratiques, pour autant que son originalité et son autonomie soient sauvergardées et que cela permette de mieux faire aboutir les légitimes revendications des TdS

 

STTS 

Charles Cusin n°10, 1201 Genève

sttsge [at] yahoo.com